• Imprimer

Les élèves de l'EHTP, employeurs citoyens de demain



L'amphithéâtre de l'Ecole Hassania des travaux publics (EHTP), a fait salle comble mercredi dernier.Manifestement intéressés par la thématique de l'engagement citoyen, les étudiants étaient nombreux à avoir fait le déplacement. «?L'engagement citoyen, c'est notre responsabilité envers notre pays, c'est rendre un peu à notre pays ce qu'il nous a donné », estime Ibtissam, une étudiante de deuxième année. Pour sa troisième édition, l'évènement s'est axé sur la thématique de l'employabilité, un sujet au cœur de l'actualité. Mais en l'absence du ministre de l'Enseignement supérieur, Lahcen Daoudi, initialement prévu, le débat s'est focalisé sur les qualités personnelles nécessaires aux jeunes diplômés, plus que sur les nouvelles orientations de l'enseignement supérieur préalables.
Taux de chômage à 18 %
« Tous nos élèves trouvent un emploi au bout de 3 mois de recherche, mais ce problème se pose pour toute une génération au Maroc. Il convient donc de réfléchir ensemble à des solutions pour améliorer l'employabilité des jeunes diplômés, d'autant plus que nos élèves sont de futurs décideurs et employeurs », a souligné Adnane Boukamel, directeur de l'EHTP. Et pour cause, selon le Centre d'études sur la formation des ingénieurs, le taux de chômage des diplômés de l'enseignement supérieur s'élevait à 18?%en 2010 alors qu'à la même période, il se situait à 22?% en Tunisie et à 3.5% dans l'Union Européenne. Inadéquation entre offres et compétences Ces chiffres, Wafaa, une jeune venue témoigner de son parcours, en connaît l'aspect concret. Bien que dotée d'une licence, et après avoir fait longuement du porte-à- porte pour déposer ses CV, elle se faisait recaler aux entretiens où on lui reprochait son « manque d'expérience ». Une réflexion bien connue des jeunes diplômés. Pour Nawfal Fassi-Fihri, directeur général de la Fondation EFE, une ONG qui propose des formations pour trouver un emploi durable, la clé de la réussite est l'adaptabilité?: «?Aujourd'hui, il y a une inadéquation entre les offres d'emploi et les compétences des jeunes, mais plus du côté comportemental que technique ?». En proposant des formations, l'EFE entend réajuster le tir en réadaptant les compétences des jeunes à la demande. Bien que réajustable, cette inadéquation entre formation et emploi met en relief les failles des institutions d'enseignement. « Malheureusement, dans la plupart des institutions de formation aujourd'hui, on organise des formations en fonction des compétences des enseignants de l'institution et non pas en fonction des besoins du monde professionnel ?», déplore Adnane Boukamel. Une erreur de base dans la conception de l'enseignement, qui plombe aujourd'hui de nombreux jeunes, lancés dans la course à l'emploi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.